Arrêtons-nous un peu de manger - Entrepreneur Zen

Enfant, lorsque j’étais malade, mes grands-parents m’ordonnaient : “Allez, mange, tu dois retrouver des forces !”. J’ai découvert au contraire que, comme l’affirme Bernard Clavière : “Tout organisme malade devrait immédiatement être privé d’aliment, totalement, et ce jusqu’à amélioration de la condition. La fièvre est le signal clair, absolu, qu’il faut s’arrêter de manger. Elle nous indique que le corps est entré dans une phase de nettoyage tout à fait positive. Tout autre attitude serait imprudente et hypothèquerait notre santé à long terme.”

De même, les animaux cessent de s’alimenter lorsqu’ils sont malades : la perte de l’appétit est le réflexe que la nature utilise pour restaurer leur santé. En s’arrêtant de manger, l’organisme de l’animal retrouve un fonctionnement normal.

De mon côté, j’ai constaté qu’après avoir trop mangé, je n’étais pas bon à grand-chose, l’énergie dépensée pour digérer et assimiler ce que j’ai mangé étant d’autant plus grande que la nourriture est artificielle, industrielle, transformée. J’ai donc pris la décision de ne plus prendre entrée+plat+dessert au restaurant le midi, mais de me limiter à entrée+plat… sauf si le dessert est trop tentant !

Et vous, parvenez-vous à vous arrêter un peu de manger ?

Bonne journée,
Ludovic

Rien ne peut être aussi bénéfique pour la santé humaine et augmenter les chances de survie sur terre que d'opter pour une diète végétarienne. (Albert Einstein)

2 Commentaires

  1. Bonjour Ludovic. L’expérience culinaire a été plutôt dans la recherche pour me sentir bien. Si au départ, je ne comprenais pas pourquoi nous devions manger entrée, plat principal et dessert. J’ai vécu à Jersey, île Anglo-normande, pendant 6 ans et j’ai pris l’habitude de manger qu’un seul plat le midi qui était le plat essentiel. Les heures d’alimentation diffèrent également. C’est à Jersey que j’ai arrêté tout sucrerie pour des raisons de satisfaction du palais.

    Aujourd’hui, la conscience m’a permis de goûter que le dessert après un repas entraine une fatigue liée à l’absorption de sucres rapides. Depuis, plus d’un mois, je mange salée le matin, comme faisait les habitants de Jersey, le midi, un seul plat composé de protéines (végétale ou animale), des légumes et des pommes-de-terre ou riz. Le sucre vient uniquement vers 16h30-17h, le moment du goûté. Et le soir, il m’arrive de ne pas manger. Depuis, l’énergie tient sur la longueur de la journée.

    Paix, Harmonie, Amour et Joie

    Réponse
    • L’essentiel est de se rappeler comment on se sent après.
      Avec les années qui passent, ça devient un impératif.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.