Nous devons apprendre à choisir nos mots comme on choisit nos vêtements, chaque jour.

En prenant l’habitude d’observer notre vocabulaire, nous nous rendons compte que certains mots dépriment, découragent, dévalorisent (“problème”, “manque”, “souffrance”, “impossible”…) tandis que d’autres encouragent, valorisent, enthousiasment (“amour”, “joie”, “réussite”, “confiance”, “succès”…).

Les mots émettent en effet une fréquence vibratoire qui résonne en nous et génère des émotions correspondantes. Celles-ci sont ensuite projetées vers l’extérieur et se matérialisent par des événements, des rencontres… Un bon nombre de situations que nous vivons dans la journée sont le prolongement de notre état intérieur.

Dans un premier temps, nous pouvons être attentifs à nos pensées et à nos mots. Pour ma part, j’ai pris la décision de mettre ma parole au service de ce qui est positif, constructif, lumineux, et de ne pas médire. Quand nous médisons, nous faisons en effet du tort aux autres mais également à nous-mêmes, car nous allons craindre ce qui va se dire dans notre dos. Je refuse donc de prendre part aux critiques systématiques portées sur les autres et, quand je suis pris dans une situation négative, je préfère rester silencieux…

Et vous, choisissez-vous les mots que vous utilisez ?

Bonne journée,
Ludovic

2 Commentaires

  1. comment réussir à “partager?” Merci.

    Réponse
    • Dans le partage, il y a la notion de “séparation sans retour”. Qu’êtes-vous prêt à donner à l’autre de manière inconditionnelle, sans intention de recevoir quelque chose en retour, juste par amour ? Cela suppose aussi d’être à l’écoute de l’autre, de ses besoins…
      J’espère Laura que cette réponse vous aura permis de faire un bout de chemin par rapport à votre réflexion sur le partage.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.