Qui garde son âme d'enfant, ne vieillit jamais - Abraham Sutzkever

L’enfant ne se soucie pas des apparences : le regard de l’autre lui est indifférent. En retrouvant cette simplicité, nous arrêtons de nous soucier du qu’en-dira-t-on.

L’enfant vit simplement les choses et reste lui-même quand il exprime un besoin. Il dit ce qu’il ressent, au moment où il le ressent. En retrouvant cette spontanéité, nous exprimons nos joies et nos tristesses immédiatement. L’expression de nos peines, en particulier, évite que le ressentiment et le ressassement ne s’installent.

Et vous, avez-vous retrouvé la spontanéité du petit enfant ?

Je vous souhaite une belle journée et un bon week-end.
Ludovic

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.