Au cours de notre existence, nous connaissons la maladie, la tristesse, la peur, les blessures… Cela est inéluctable et nous n’avons que très peu de contrôle sur ces douleurs. En revanche, nous pouvons choisir notre manière d’y réagir. Nous pouvons y résister, les refuser ou les accepter. La souffrance est créée par le refus de la douleur.

Au début, lorsque je souffrais d’un lumbago, je refusais la douleur, je luttais contre elle, je me mettais en colère : “Je ne supporte plus cette douleur”. Je me décourageais : “J’en ai assez !”. Et plus je luttais, plus la douleur augmentait ! Terrible erreur !

Quand j’ai commencé à accepter la douleur, à cesser d’y résister et même à reconnaitre que sa présence visait à me faire comprendre quelque chose qui m’échappait, ma souffrance a diminué. Mon lumbago, par exemple, me signifiait que je n’étais pas sur le bon chemin ou que je devais verbaliser une préoccupation que je n’osais pas exprimer…

Et vous, savez-vous accepter la douleur, les échecs et les épreuves ?

Bonne journée,
Ludovic

Vivre, c'est accepter la douleur, les échecs et les épreuves

2 Commentaires

  1. J’aime et partage la façon dont vous traitez les rapports entre les soi-disant entre le corps et l’esprit qui sont une seule et même chose comme savent tous les Orientaux. En tant qu’adepte du zen, de la Sémantique Générale et de Palo Alto, j’ai compris que c’est là la naissance de presque tous les problèmes qui nous font souffrir et nous empêchent d’évoluer.
    Alors oui ça m’est arrivé de commander à mon esprit, lequel à son tour a commandé au corps de ne pas souffrir. il y encore peu une dent me faisait souffrir et comme je n’avais pas envie d’aller chez la dentiste tout de suite, j’ai décidé de ne plus souffrir et c’est passé aussitôt. Hasard diront les sceptiques ! Chi lo sà !

    Réponse
    • Merci beaucoup Pierre pour votre témoignage. Et tant pis pour les sceptiques !

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.